jeudi 2 mars 2017

Nuit, Bernard Minier.


Le 4ème de couverture ~ Nuit de tempête en mer du Nord. Secoué par des vents violents, l’hélicoptère dépose Kirsten Nigaard sur la plate-forme pétrolière. L’inspectrice norvégienne enquête sur le meurtre d’une technicienne de la base off-shore.    Un homme manque à l’appel. En fouillant sa cabine, Kirsten découvre une série de photos. Quelques jours plus tard, elle est dans le bureau de Martin Servaz. L’absent s’appelle Julian Hirtmann, le tueur retors et insaisissable que le policier poursuit depuis des années. Étrangement, sur plusieurs clichés, Martin Servaz apparaît. Suivi, épié. Kirsten lui tend alors une autre photo. Celle d’un enfant.  Au dos, juste un prénom : GUSTAV. Pour Kirsten et Martin, c’est le début d’un voyage terrifiant. Avec, au bout de la nuit, le plus redoutable des ennemis.  UN FACE-À-FACE ANGOISSANT.  

Après Glacé, récemment adapté en série pour M6, Le Cercle et N’éteins pas la lumière, Bernard Minier, auteur incontournable du thriller français, signe le grand retour du commandant Servaz. Les livres de Bernard Minier sont traduits dans dix-neuf langues.

***

Nuit, c'est la suite tant attendue de Glacé, le premier thriller de Bernard Minier, incontournable auteur de mes lectures préférées. Cette Nuit, c'est l'espace temps d'un nouvel échange entre le commandant Servaz et le psychopathe Julian Hirtmann. C'est une longue et interminable Nuit, qui domine les êtres et s'immisce dans leurs vies et leurs nuits aussi, ces nuits qui hantent les jours sans relâche, de ses tentacules glacées. Personnellement, je n'ai pu m'empêcher de faire un lien entre l'écriture en relief de Nuit sur la couverture de ce livre, couverture dont l'aspect est Glacé, en lien avec le premier opus des aventures du commandant Servaz. Et j'ai adoré, j'ai dévoré cette lecture, qui bien au-delà de l'intrigue, met l'accent sur les personnages, les histoires, les vérités et les secrets. L'intrigue est savamment orchestrée, minute par minute. Chaque détail, même le plus insignifiant, compte. Je n'ai pu m'empêcher de voir le mal, ici, en plein jour, alors qu'il se terrait ailleurs, dans la nuit. Indécelable. Chaque chapitre nous entraine dans un tourbillon d'émotions, d'angoisses et de peurs.

Le final (mais pas le point !) est juste étourdissant. Assourdissant. Surprenant. Addictif, aussi, parce que de final il n'en est qu'un recommencement. 

Comme le dit l'auteur, voilà une Putain d'histoire (titre de son dernier livre, juste avant Nuit).

+ 5,7 kilos !

C'est l'histoire d'une fille (inutile de rappeler que ce Blog est une œuvre de fiction, et que les personnages, les faits et l...