dimanche 12 mars 2017

Dans ma peau, Yael Adler.


Le 4ème de couverture ~ Elle nous entoure de toutes parts, mesure près de deux mètres carrés et enveloppe tout ce que nous portons en nous. La peau est notre lien avec le monde extérieur. Notre antenne. Elle peut émettre et recevoir. Elle nourrit nos sens. Elle est objet de désir, elle est notre zone frontière, le fascinant réceptacle de toute notre vie, et en même temps une gigantesque terre d'accueil pour les bactéries, les champignons, les virus et les parasites. Pourtant, peu d'entre nous savent vraiment ce qu'est cet organe, comment il fonctionne et surtout quelles missions vitales il accomplit pour nous. Dans cet ouvrage, Yael Adler, Dermatalogue, choisit de parler de la peau en faisant tomber tous les tabous qui lui sont associés. Celui de la nudité très souvent ? organes génitaux visibles ou sentiments de honte invisibles ?, mais aussi ceux des odeurs, un peu fortes ou carrément nauséabondes, des petits défauts, creux, bosses et taches, ou encore des sécrétions. Bref, bien des choses dont nous n'aimons pas parler ou que nous trouvons écoeurantes viennent de la peau : pellicules, cérumen, boutons, sébum, sueur, etc. Autre tabou : les maladies vénériennes, surtout quand il s'agit de savoir où on les a attrapées. Pour elle, tout cela n'a rien de répugnant, bien au contraire. Elle pense et analyse avec ses sens : elle observe, gratte, presse et sent. Car la nature, la consistance et l'odeur d'une affection cutanée sont autant d'indices qui aident à démasquer le coupable. La peau est un organe fascinant, le plus vaste du corps humain. Une pure merveille ! Aussi divertissant qu'instructif, cet ouvrage nous explique ce qu'il faut savoir sur cet organe essentiel qui nous relie au monde, aux autres et à nous-mêmes.


Quand j’ai commencé à lire ce livre, j’étais à la fois très intéressée et dubitative sur le sujet : je prends soin de ma peau, tous les jours. C’est plutôt une évidence et un besoin, je le fais par nécessité. Je ne supporte pas les boutons (le psychodrame au réveil à la découverte d’un intrus !) ou encore les gratouilles lorsque la peau souffre de déshydratation… J'ai en sus la chance d'avoir reçu comme héritage une peau très claire, criblée de tâches de rousseur notamment. Pour autant, je me suis demandée si j’allais me passionner pour un livre entièrement dédié à la peau. La réponse est oui ! Parce que j’ai conforté certaines de mes connaissances et appris des choses nouvelles. J’ai apprécié la manière d’écrire de l’auteure, ici point de nom de crème à utiliser ni de secrets de stars divulgués bien que jalousement gardés : ce livre parle de peau. Derme, épiderme, hypoderme (ce dernier n’était pas connu, en ce qui me concerne ! Et pourtant, c’est là où ma cellulite hante mes cuisses… Et mon ventre… Ah ah !), les différents types de peau, le lavage – point trop n’en faut pour sentir bon et nombre de mes congénères devraient s’en inspirer, me disais-je justement un matin de cette semaine alors que je plissais le nez en réaction à l’agression olfactive de certain(e)s. Ce que notre peau dit de nous, ce que notre peau nous dit, aussi, sans détours. Les gratouilles… Et autres déclarations enflammées mais souvent pas agréables. La finalité de ce livre, et ce n’est pas une mince affaire, est de nous permettre de nous sentir bien dans notre peau, dorénavant et pour toujours, parce que notre peau nous relie au monde et aux autres, depuis nous-mêmes.

+ 5,7 kilos !

C'est l'histoire d'une fille (inutile de rappeler que ce Blog est une œuvre de fiction, et que les personnages, les faits et l...